newsroom

haxio, accélerateur de connaissances et de mobilités

perdre son temps, c’est en gagner

perdre son temps, c’est en gagner

  Robert Proust, le frère de Marcel, regrettait : « Le malheur, c’est qu’il faut que les gens soient très malades ou se cassent une jambe pour lire la Recherche. » Question Une (projet ambitieux) : Profitez-vous de votre temps de confinement pour LIRE la...

ne pas savoir, agir pourtant

ne pas savoir, agir pourtant

  Depuis aujourd’hui, l’écrivaine Leïla Slimani tient dans le Monde son « Journal du confinement ». Son premier texte fait écho à ce que nous vivons tous, un moment suspendu, entre sidération, incompréhension et peur. En contrepoint à ces sombres pensées, elle...

vivre dangereusement, c’est vivre

vivre dangereusement, c’est vivre

  Avez-vous lu Love me tender de Constance Debré ? Si la réponse est non, précipitez-vous chez votre libraire. Toutefois si vous cherchez du love et du tender, évitez le déplacement : ce n’est pas le genre de la maison. Love me tender est un récit dru, intense,...

notre vie, c’est plusieurs vies

notre vie, c’est plusieurs vies

  Alors c’est un métier ou un plaisir ? Forcément un plaisir. Pourquoi ? Parce qu’on découvre et qu’on se découvre. Parce qu’on reste dans ses bureaux et qu’on voyage. Parce qu’on a une vie le lundi, la nôtre, et qu’on en a plusieurs le vendredi, toutes celles...

le perso, c’est le pro

le perso, c’est le pro

  L’affaire Griveaux donc. Ce qu’elle nous raconte. Les conclusions que nous en tirons. Pas en apprentis sociologues, encore moins aspirants politologues. Tout a été dit de ce côté-là, de l’ignominie, de la confusion détestable des vies privée et publique, de la...

la biographie, c’est fini…

la biographie, c’est fini…

  Le débat fait toujours rage chez les agrégatifs et les thésards en lettres : pour ou contre Sainte-Beuve ? L’affaire ne date pas d’hier. Résumons-la. Les pro Sainte-Beuve soutiennent que pour bien comprendre une œuvre il faut connaître la vie de l’auteur. Notre...

nos faiblesses, c’est nous

nos faiblesses, c’est nous

  Le dernier livre d’Hugo Boris commence par un aveu. Il y a quelques années, alors même qu’il venait d’obtenir sa ceinture noire de karaté, il assiste à une altercation dans le RER B. Paralysé par la peur, ce genre de peur qui vous prive de jambes, de bras, de...

suivez-nous